Cameroun – Mutinerie à la prison de Kondengui: Le magazine Jeune Afrique raconte comment des prisonniers du quartier «Kossovo» ont imposé un climat de terreur pendant les émeutes: Voici les faits

0
Des détenus du quartier Kossovo, l’un des secteurs les plus dangereux de la prison ont profité de la confusion qui régnait pour commettre plusieurs forfaits

«Chaos derrière les barreaux», cest le titre  choisi par le magazine panafricain Jeune Afrique pour décrire l’ambiance frénétique qui régnait à la prison centrale de kondengui le 22 juillet 2019.  Officiellement, l’opinion nationale sait qu’une mutinerie s’y est déroulée, elle sait que cette dernière a fait des blessés mais pas de morts,  que celle-ci est la conséquence directe des conditions d’incarcération précaires effectives dans cette prison, que des organisations politiques s’en sont mêlés. Cependant, ce dont elle  n’a pas connaissance, c’est le climat de terreur qu’on fait régner certains prisonniers au sein de la prison pendant les émeutes. A ce sujet, le magazine Jeune Afrique rapporte que «tout a commencé vers 9 heures, excédés par les mauvais traitements, la médiocrité de la nourriture, voire son absence et la lenteur des procédures judiciaires, plusieurs prisonniers se rassemblent dans la grande cour de la prison. Ils réclament leur libération immédiate ou à défaut leur jugement dans les plus brefs délais… l’ambiance était plutôt bon enfant, en tout cas sans violence… mais tout a fini par exploser… vers 18 heures on a vu des prisonniers du quartier Kossovo déferler dans d’autres quartiers… les gardiens s’étaient réfugiés dans les miradors et le batiment a été laissé à la merci de cette horde en furie»

Quelques lignes plus loin, le magazine fondé par Bechir Ben Yahmed poursuit en révélant que «certains mutins se dirigent vers le bâtiment des femmes, qui se défendent comme elles peuvent avec de l’eau bouillante. D’autres occupent la sacristie. Un  des prisonniers ayant revêtu l’habit d’aumônier, donne même l’eucharistie à ses comparses. Les détenus s’en prennent aux «cols blancs» qui vivent à l’écart de l’enfer du Kossovo. Ils volent leur nourriture, radio, et vêtements. L’ancien ministre  Edgard Alain Mebe Ngooh échappe de peu à la meute. Parti visiter son épouse au quartier des femmes, l’ancien homme fort du gouvernement s’est déguisé pour passer incognito»

C’est finalement dans la soirée  que des forces de maintien de l’ordre, appelées en renfort, vont investir la prison pour essayer de rétablir l’ordre. A coup de tirs de sommations et de gaz lacrymogènes ils vont progressivement refroidir les ardeurs des mutins. Dans la foulée, ces derniers vont d’ailleurs regagner leurs différents quartiers.  177 prisonniers identifiés comme des meneurs, vont être interpellés puis conduit dans les services de police et de gendarmerie. Plusieurs d’entre eux ont été auditionnés ce mardi 6 aout 2019 au palais de justice d’Ekounou.

source: actu cameroun

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here