Paul Biya, dans son discours très attendu à la nation hier, a annoncé la convocation fin septembre d’un « grand dialogue national » sur la crise meurtrière des régions du Nord-Ouest et Sud-ouest du Cameroun.

« J’ai décidé de convoquer, dès la fin du mois en cours, un grand dialogue national qui nous permettra (…) d’examiner les voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du Nord-ouest et du Sud-ouest, mais aussi de toutes les autres composantes de notre Nation », a déclaré le chef de l’Etat à la 29ème minute de son discours, retransmis sur les antennes de la radio et la télévision nationale.

Une annonce forte saluée rapidement par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. Il a par la voix de son porte-parole, Stéphane Dujarric, « encourage le gouvernement camerounais à veiller à ce que le processus soit inclusif et réponde aux défis auxquels le pays est confronté »

Le président Biya a fait savoir que ce dialogue sera présidé par le Premier ministre Joseph Dion Nguté, et rassemblera les différentes composantes sociales, y compris des représentants des forces de défense et de sécurité, ainsi que ceux des groupes armés. « Le Premier ministre mènera de larges consultations et des délégations (iront) dans les prochains jours à la rencontre de la diaspora », a-t-il ajouté.

Depuis novembre 2016, les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest sont confrontées à une grave crise socio-politique, qui a dégénéré en conflit armé entre soldats et séparatistes en lutte pour la création d’un État appelé « Ambazonie ». Plus de 2.000 morts depuis début 2017, selon Human Rights Watch. Et plus de 500.000 déplacés selon l’ONU.

source:https://237actu.com/pid/11402

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here