MRC : vers un isolement politique de Kamto: voici les détails

0

Dans un communiqué signé le 30 juillet, Maurice Kamto et ses alliés mettent fin à la polémique ouverte par Sosthène Médard Lipot. Une sortie qui intervient après celle de la présidente intérimaire accusant le candidat malheureux de la présidentielle de 2018 d’être le responsable du sort du parti aujourd’hui.

C’est un désordre total qui est perceptible depuis peu au sein du mouvement pour la renaissance du Cameroun. Des dissonances qui viennent de connaitre une nouvelle évolution avec ce communiqué de Maurice Kamto rendu public depuis quelques jours.

Porte-parole

Sosthène Médard Lipot qui rappelait que « Lorsque les médias doivent communiquer ou ont besoin de quelqu’un du MRC en plateau pour la télévision ou en studio à la radio ou dans les colonnes d’un journal on s’adresse au département communication (…) Je leur dis : c’est moi que vous devez saisir. Et chaque fois du lundi au vendredi on se retrouve face à la télévision, face à quelqu’un que je ne connais même pas. Je ne sais même pas s’il est militant du MRC. Et on dit qu’il parle du MRC. C’est désagréable », vient de se voir reprendre.

Maurice Kamto et ses alliés ont donné les pleins pouvoirs à Olivier Bibou Nissack dans la communication sur la coalition et les détenus. Dans ce rôle de coordonnateur celui-ci sera assisté par Me René Mamfo (MCPN) Emmanuel Bumakor (Agir) Olivier Ekoko (AGIR) et Clément Tayo (La Dynamique).

Le responsable des marches blanches

Lors de la conférence de presse qu’elle a récemment donnée à Yaoundé, la présidente intérimaire a clairement pointé un doigt accusateur sur le président Kamto. Selon elle, c’est lui qui a appelle aux marches qui ont conduit à l’interpellation des militants du Mrc.

Aussi, Maurice Kamto devrait être le seul à en répondre pénalement avant d’appeler à la libération des autres. Ces propos ont d’ailleurs été perçus au sein de l’opinion comme une sorte de désaveu de celui qui a refusé les résultats de la dernière élection présidentielle au Cameroun.

Guerre intestine

Et même si Tiriane Noah la présidente intérimaire rappelle que c’est l’ancien ministre délégué à la justice qui le lui fait dire, il convient de noter que la sortie du secrétaire national à la communication n’est pas non plus de nature à garantir une certaine longévité au sein du Mrc.

Bien plus encore, des sources renseignent sur un clash ouvert entre certains militants sous mandat de dépôt à la prison centrale de Yaoundé et le leader du Mrc.

Selon notre informateur en effet, certains mis en cause dont un artiste chanteur auraient reproché à Maurice Kamto de les avoir « conduit dans une aventure sans lendemain » en même temps qu’ils lui revendiquaient le reliquat de leurs « enveloppe ».

La région de l’Ouest se désolidarise

La météo politique semble désormais inconfortable pour lui au sein du parti. En interne toujours, des langues commencent à se délier pour la dénoncer l’affiliation du Mrc à la fameuse coalition évoquée plus haut. Laquelle « contribue plus à ternir l’image du parti ».

Et ce n’est pas le dernier voyage du chef Bangoulap en France qui viendrait à changer quelque chose vers ce qui semble désormais le sors du candidat malheureux à la présidentielle de 2018.

Ce d’autant plus que cette autorité traditionnelle a clairement invité ses sujets de la diaspora à se désolidariser des agirs de là Bas. Une prise de position qui fait suite au meeting de Bafoussam au cours duquel la région de l’Ouest a dit ne pas se reconnaître dans les actes posés par le parti de Maurice Kamto.

source:https://actucameroun.com/2019/08/06/mrc-vers-un-isolement-politique-de-kamto/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here