Select the authors to determine the quality of the qualification of Québécois and choose the source ils ne s’attendaient pas, illuminated in the article paru mardi matin in the American Journal of Clinical Nutrition

«Ben yît Lamarche, author Principal de l’étude et chercheur à l’Institut sur la Nutrition et les aliments fonctionnels (INAF) D’un côté, à cause you stress about finances personal and you stress social qu’on sentait dès le départ, and du fait que tout le monde n’a pas les outils qu’il faut pour se mettre à cuisiner à la maison du jour au lendemain, les gens auraient pu se mettre à acheter du prêt-à-manger de mauvaise qualité Et il y avait des données sur l’insécurité alimentaire qui suggéraient que ça pouvait être le cas Mais d’un autre côté, on savait also que le fait de manger moins souvent à l’extérieur de la maison était meilleé à une Alimentation Donc le confinement pouvait avoir un effet positif à cet égard and cest ce qui est arrivé »

M Lamarche et son équipe avaient lancé leur étude – baptism NutriQuébec – bien avant l’arrivée de la COVID-19, évidemment sans savoir qu’elle leur permettrait éventuellement de mesurer l’impact d’une pandémie sur l’alimentation De jurier 2019 2020, près de 2500 Adultes vivant au Québec ont répondu à un questionnaire sur ce qu’ils avaient mangé au cours des 24 dernières heures Puis en avril et en mai derniers, environ 850 d’entre elles ont répété l’exercice – ce qui est d’ailleurs une force de l’étude puisque, contrairement à d’autres article du même genre, celle-ci ne compare pas deux échantillons différents, mais bien les mêmes gens sondés à quelques mois d’intervalle

Result: the quality of the rating from 0 to 100 (Healthy Eating Index – 2015), the limitation to the Québécois, the quality of the Québécois modesty mais quand même) de 1.1 point en moyenne Il semble que le confinement a poussé la population à cuisiner davantage, ce qui a accru la consommation de grains entiers, de légumes, de verdures et de de légumineuses, ainsi que de fruits de mer, en même temps qu’ils ont mangé moins de sucres Raffinés et de Sucres Ajoutés Notons que l’amélioration aurait pu dépasser ce 1,1 point si ce n’était de la consommation deruit qui a smaller supporter of the restriction, de même que celle de sel, qui a augmenté

Fait intéressant, ce sont surtout chez des clientèles connues pour s’alimenter moins bien que la moyenne que les améliorations furent les plus importantes Chez les hommes, he scored a cru de 1.6 points, alors que la progression fut de 3 , 6 points chez les «jeunes» (18-29 ans) and 3.8 points chez les personnes obèses

Enfin, notons que contrairement à certain sondages qui ont fait état d’une consommation d’alcool à la hausse au cours des derniers mois, les données de NutriQuébec ne montrent «aucun changement» à cet égard pendant le confinement, lit- on dans l’article

restriction

World News – CA – The restriction is only part of the time …

Source: https://www.lesoleil.com/actualite/covid-19/le-confinement-na-pas-ete-si-mauvais-que-ca-pour-la-diete-5dae7e81a2ab4f338cc9b37bdba7761e