55 milliards pour les travaux d’achèvement du stade d’Olembe, 89 milliards pour les travaux de finition de la pénétrante Est de la ville de Douala ! Total 144 milliards. Premier constat ce sont des prêts bancaires différents de l’emprunt auprès d’un État.

Ce qui suppose que les taux d’intérêts sont très élevés en terme technique, ils sont dits  prohibitifs et le  prêt de non concessionnel. Plus est, en pleine période du Covid où l’accès au crédit des banques est extrêmement coûteux.

 Pourquoi n’avoir pas négocié un emprunt auprès d’ un État appelé prêt concessionnel c’est à dire inférieur au taux du marché  ou lancer un emprunt obligataire national ? Pourquoi aller emprunter en devises étrangères auprès des banques étrangères en plein Covid alors que tout le monde sait que c’est extrêmement lourd? Ce qui laisse fortement présager que des retrocommissions seront payées aux négociateurs camerounais  de cette dette parce qu’ils ont apporté un bon business aux banques prêteuses et à leurs intermédiaires financiers.

On se souvient que le Cameroun avait eu à lancer  sur le marché financier un emprunt obligataire en euros appelé eurobonds de l’ordre de 375 milliards   avec un scandaleux  taux d’intérêt de plus de 10%. Il a eu à rembourser mensuellement 42 milliards par an d’intérêt depuis 2016 en dehors du principal qui vient d’être apuré. Et là c’était en 2015 et hors période Covid. IIl ne serait  donc pas exagéré d’entrevoir un taux d’intérêt de l’ordre de  15 à 20% par an et pendant 05 ans pour ces nouveaux emprunts bancaires . Voire plus. Il ne faut pas être expert pour comprendre que cet endettement va coûter extrêmement cher au Cameroun. Mais au-delà des chiffres, il y a lieu de dénoncer sans réserves  cet endettement inopportun qui ressemble plus, à créer une causalité pour détourner l’argent public et recevoir des retrocommissions, qu’à développer le Cameroun. 

Les parlementaires camerounais sont totalement responsables de cette situation. Ils ont donné mandat au président de la republique qui ne contrôle plus rien,  et à ses collaborateurs et ministres, le droit de s’endetter, sans contrôle spécifique sur toute convention de prêt qu’il aura à negocier . L’article 49 de la loi de finances 2021 est un boulevard à la qualité de l’endettement non contrôlé.

” Le gouvernement est autorisé à négocier et éventuellement à conclure au cours de l’exercice 2021, à des conditions sauvegardant les intérêts financiers de l’Etat ainsi que sa souveraineté économique et politique, des emprunts concessionnels et non concessionnels des montants globaux de 350 milliards et de 300 milliards”. En d’autres termes, Paul Biya, ses collaborateurs, et ses ministres peuvent signer des conventions de prêt de 750 milliards sans aucun contrôle du parlement. Or, bien que le gouvernement soit habileté à signer des conventions de prêt, le parlement doit de manière spécifique, dans le cadre de l’article 26 de la constitution  vérifier les contenus, la nature et les parties contractantes sur toutes opérations d’endettement de l’Etat.

En outre, l’indignation quasi-generale des camerounais pour ces deux endettements est pleinement justifiée quant à leur destination et leur destinataire. 55 milliards qui viennent s’ajouter aux 165 milliards déjà débloqué pour le complexe sportif d’Olembe soit pratiquement le tiers de son coût d’estimation global de départ. 89 milliards pour la pénétrante Est de la ville de Douala, soit le 1/4 de la route bitumée, avec des ponts, de près de 600 kms entre Batchenga- yoko- Lena- tibati- Ngaoundere, évaluée à 245 milliards. 

Vous remarquerez aussi que le seul bénéficiaire est le canadien Magil. La question à se poser est celle de savoir qui est derrière ces canadiens ? Qui les a introduits au Cameroun ? Quels sont les acteurs. Quand vous saurez,vous aurez alors toutes les pièces du puzzle. 

Source: https://www.camer.be/84673/30:27/cameroun-forte-odeur-de-mafia-autour-dun-endettement-cameroon.html

News – World news CAMEROUN :: FORTE ODEUR DE MAFIA AUTOUR D’UN ENDETTEMENT. :: CAMEROON CAMEROUN INFO – CAMEROUN ACTU