Ce sont des plaintes émises après que des propos visant Alassane Ouattara et venant d’intervenants à la chaine qui a amené le président du Conseil national de la communication à réagir.
En effet Peter Essoka, président du Conseil national de la communication (CNC), a ordonné la suspension d’Afrique Média. À cette fin, il a saisi l’Association nationale des câblo-opérateurs. La saisie vise le retrait « sans délai de la chaîne Afrique Media » des bouquets de l’Anco.

Afrique Média est mise en cause pour la diffusion de « propos portant atteinte à l’éthique et à la déontologie professionnelles ». Pour le président du Conseil national de la communication, le président ivoirien est visé à plusieurs reprises, au moins 5, dans des extraits issues de programmes d’Afrique Média.

Poursuivant ses explication, le président du CNC estime que les dérives notées sont « susceptibles de déteindre les bonnes relations d’amitié entre le Cameroun et la Côte d’Ivoire ».

Pas une première

Cette suspension d’Afrique Média n’est pas une première. En effet, dans sa lettre Peter Essoka rappelle une suspension similaire en 2015. C’était pour « pour fautes éthiques et déontologiques en matière de communication sociale ». Cependant, les responsables de la chaîne n’avaient mis en application la décision.

Une suspension demandée par Alassane Ouattara ?

Selon le journal Confidentiel Afrique, c’est le président Alassane Ouattara qui a saisi les autorités pour la suspension. D’après ce média, le Chef de l’État ivoirien n’a pas beaucoup aimé le débat de libre antenne sur l’arrestation ratée de Guillaume Soro en Espagne. Ce débat avait eu lieu sur le plateau de la chaîne de télévision panafricaine Afrique Média.

Ainsi, profitant du Sommet Russie-Afrique, à Sotchi, il en a fait cas au ministre camerounais des Affaires Étrangères. Il a ainsi pointé la posture « partisane » d’Afrique Média en référence au débat de libre antenne consacré à la Côte d’Ivoire.

Ainsi c’est à la suite de cela que le ministre camerounais des Affaires étrangères a rendu compte au président Biya. C’est comme ça que le ministre de la Communication a été saisi pour régler le problème.

SOURCE: cameroonweb

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here